Suivez-nous

Linkedin Youtube Email

On parle de nous ! Le Président de la République mentionne les MSP

Mardi 16 janvier 2024, le Président de la République a mentionné les MSP et sa vision de l'évolution du système de santé dans son discours.

Une volonté d’« aller vers une rémunération plus intelligente, au patient plutôt qu’à l’acte ce qui permettra de mieux intégrer la prévention ». C’est ce que souhaite le président de la République concernant les « déserts médicaux ».

Pour aller plus loin, retrouvez un passage du discours ci-dessous – relevé par AVECsanté – lorsqu’il a été interrogé sur l’installation des médecins généralistes dans les « déserts médicaux ».

  • « Il faut libérer du temps de médecin, aller vers une rémunération plus intelligente sans doute en fait au patient plutôt qu’à l’acte ce qui permettra de mieux intégrer la prévention. Aujourd’hui vous n’êtes pas incité à faire de la prévention, vous êtes plutôt incités à faire beaucoup plus travailler ensemble la ville et l’hôpital comme on l’a fait en période covid, déléguer des actes. D’abord on a développé la téléconsultation, ça permet de libérer du temps de médecin et de faire face aux déserts médicaux, permettre que des vaccinations, des renouvellements d’ordonnances dans le cadre d’un réseau de soin organisé soit fait par votre pharmacien de référence, l’infirmière, déléguer des actes à des paramédicaux qui permettent de libérer du temps et de prendre plus de patients. (…) »
  • « Permettre aussi de mieux organiser les choses dans ces maisons de santé qui entre pro médicaux et paramédicaux permet de mieux organiser le travail et puis on a un vrai problème sur ce qu’on appelle le soin non programmé c’est ce qui fait que nos urgences sont engorgées là il faut mieux organiser ces accès aux soins, là-dessus qu’est-ce qu’on a fait ? On a déjà doublé en 6 ans le nombre de maisons de santé, on a près de 70% de notre population qui est couverte par la régulation téléphonique médicale et la réponse aux aides d’urgences, ces fameux SAS donc on a beaucoup progressé, il faut aller au bout de cela (…). On est à 95% des patients en affection longue durée et des plus âgés avec un médecin de référence et il faut démultiplier cette logique de terrain et c’est ça qu’on fait et la solution elle est sur le terrain, je l’ai vu avec plusieurs d’entre vous dans un même département quand vous avez des gens qui savent coopérer entre l’hôpital et la ville, les paramédicaux qui font en fait ce que je suis en train de dire ou qui l’ont déjà développé, il n’y a pas de désert médicaux. (…) »
  • « On doit libérer du temps médical en enlevant du temps administratif et du temps médical mal utilisé pour nos médecins et on doit faire mieux travailler tout le monde ensemble. Et puis on doit, si je puis m’exprimer ainsi débureaucratiser notre santé pour mieux maîtriser les coûts (…). On a créé des administrations fortes au national et en région (…) mais il faut plutôt mettre ces services en soutien des équipes de santé sur ces bassins de vie pour les accompagner à trouver des solutions, je crois plus à ça qu’à la contrainte. (…) on a besoin que nos soignants soient surtout mobilisés, qu’ils y trouvent leur compte et donc cette stratégie elle marche que si on engage les médecins, les infirmiers, les aides médicaux, les auxiliaires de vie parce que c’est le médical, le médico-social, les kinés, les pharmaciens, les aides-soignants et j’en passe. »

Emmanuel Macron, discours du 16 janvier 2024

Les Rencontres AVEC les équipes

Les Rencontres AVEC les équipes rassemblent chaque année les équipes de soin primaire de toute la France.

En savoir plus