Suivez-nous

Linkedin Youtube Email

Election présidentielle : une inquiétante méconnaissance des tendances de fond qui dynamisent les soins primaires

Au cours du Grand oral santé, ou en aparté, les candidats à l’élection présidentielle ont dévoilé leurs propositions en matière de santé. AVECsanté, qui représente plus de 2000 maisons de santé pluriprofessionnelles en fonctionnement, s’inquiète d’une méconnaissance des tendances de fond qui dynamisent les soins primaires.

2018 maisons de santé pluriprofessionnelles, en fonctionnement, en France, au 31 décembre 2021. Cela représente plus de 30 000 professionnels de santé, et la solution d’accès aux soins pour près de 4,2 millions de Français. 20 % des médecins généralistes libéraux exercent dans ces structures. C’est encore minoritaire, mais quelle croissance, depuis 2008, année des premiers financements expérimentaux ! Et, depuis 2017, la tendance s’est accélérée : le nombre de MSP en fonctionnement a doublé en 5 ans.

– Le regroupement pluriprofessionnel des professionnels de santé permet d’accroître la file active des médecins généralistes qui y exercent (Etudes & Résultats n°1193, IRDES – DREES, mai 2021). D’après la même étude, cela « peut s’interpréter comme un effet direct de la coordination entre professionnels de la MSP ». Le rapport charges et produits de l’Assurance maladie (2021) parle de 133 patients de plus que les autres médecins généralistes. Un tel résultat n’est pas anodin alors que la démographie des professionnels de santé se fait problématique.

– Un nouveau partage des compétences entre professionnels médicaux et paramédicaux, ou médico-sociaux, y est facilité, dans la mesure où l’équipe de la MSP forme un collectif de travail, et non un regroupement ponctuel et opportun. Les protocoles de coopération y sont sécurisés par l’utilisation d’un SI partagé et des réunions de coordination régulières. La MSP est un lien d’innovation où s’épanouissent les nouvelles pratiques. La fonction de coordination en soins primaires s’y est considérablement développée (voir notre guide pratique de la coordination en soins primaires). Les candidats parlent de « libérer du temps médical ». Chiche ! Parlons-en.

France Assos Santé, qui rassemble 83 associations de patients et d’usagers du système de santé, déclare que « chaque Français devrait bénéficier d’un accès à une équipe santé de proximité, désert ou pas ! France Assos Santé souhaite que les MSP se généralisent«  (voir le « Manifeste pour refonder les soins primaires »).

Les jeunes professionnels de santé se montrent très intéressés par l’exercice en MSP. D’après l’IRDES (QES n°247, 2020), « les territoires de vie avec une faible accessibilité aux soins et dans lesquels sont implantées des maisons de santé connaissent une meilleure évolution de l’offre de soins et attirent davantage les jeunes médecins généralistes de moins de 40 ou 45 ans. » Comment ignorer cette tendance de fond ? Le renouvellement générationnel n’est-il pas le plus puissant et le plus évident des facteurs de changement ? Et l’IRDES parle bien ici de territoires sous-dotés, autrement dit des « déserts médicaux » que les candidats ont tant à la bouche (AVECsanté préfère parler de déserts en santé, car les médecins ne sont pas les seuls concernés) !

Face à une telle dynamique, portée par un mouvement de fond, AVECsanté déplore la profonde méconnaissance des candidats quant aux possibilités de réorganisation des soins primaires, disponibles dans notre pays. Si les usagers et les jeunes le demandent, pourquoi ne pas les entendre ? Alors, quel candidat s’engage à doubler le nombre de MSP sur son mandat ? Qui est avec nous ?

Fichier

Télécharger le communiqué

Voir

Les Rencontres AVEC les équipes

Les Rencontres AVEC les équipes rassemblent chaque année les équipes de soin primaire de toute la France.

En savoir plus